Bordeaux aime être courtisée

Bordeaux aime être courtisée

Bordeaux aime être courtisée

apero01Jeudi 10 octobre, Galerie "Le Hil", 37, rue des Menuts. 20h.

Grosse affluence pour l'exposition de photographies de Félix Scharpf, au nom imprononçable, d'après lui, mais aux photos tellement lisibles. Le Mur dans tous ses états, Berlin l'alternative découpée en images. Bel exemple de ce qu'un artiste peut exprimer sur les cicatrices d'une ville.

En surimpression, nous affichons notre conviction. Il y a là, dans un joyeux brouhaha, plus de 140 sympathisants à attendre l'arrivée d’Alain Juppé pour un apéritif de campagne, qui nous rassemble en toute amitié. Une campagne, c'est long et épuisant. La convivialité est indispensable dans l'action.

20 h 30, arrivée du Maire. En préambule, je remercie l'équipe pour son travail et leur cède la parole à tour de rôle pour évoquer la campagne de terrain, de proximité, digitale et le projet de quartier en cours de co-construction. Un mot d’ordre : MO-BI-LI-SA-TION !

Alain Juppé conclut : "J’aime Bordeaux car il y fait bon vivre, les classements sont élogieux, il y règne une atmosphère de respect mutuel et de tolérance, c’est une ville charmante, c’est une ville charmeuse. Je l’aime, nous l'aimons et c’est le sens que nous devons donner à notre combat : ensemble nous allons gagner, pour Bordeaux bien sûr et au delà... pour la France". Un tonnerre d'applaudissements. Ici, l’évocation de notre ville et de notre nation fait battre les cœurs, dont nous savons que personne n'a le monopole.

Nous faisons connaissance après cela, autour du buffet. Le vin, oh sacrilège ! est espagnol. C'est celui de mon collègue et ami Jean Pierre Guyomarc'h. Il possède un petit vignoble en Espagne et nous offre le verre de ce soir. On peut dire que le vin Espagnol-Breton a du chien. Heureusement, Pascal Boueix, un ami producteur de Castillon a rétabli l’équilibre européen avec un cru bien de chez nous.

Conversations débridées, échanges et amitiés naissantes entre les invités d’ailleurs, du créateur de mode russe aux amis allemands de la galeriste qui nous accueille chez elle (Galerie Le Hil, 37, rue des Menuts), en passant par les voisins des quartiers alentours, qui ont traversé le cours Victor Hugo ou les boulevards, comme souvent, en toute amitié, les vieux grognards de l’équipe, les copains du quartier, les infiltrés du "camp" d'en face aussi je crois, ceux qui ont vu de la lumière... Beaucoup seront là samedi, Porte Dijeaux, à 15h pour la remise des maillots par Alain Juppé.

Une fois encore nous sommes rassemblés autour de nos valeurs communes, de nos besoins et de nos aspirations. Vers 22 h les rangs s'éclaircissent.

Moult cartes de visites échangées, des mails et des SMS qui passent d’un portable à l’autre, 3 nouveaux couples, et des amitiés naissantes. La somme de toutes ces individualités est une lumière nouvelle, ils partent en laissant un sillage, une lueur, sur leur chemin de retour, pour peut être créer d’autres foyers. Quelque chose se répand. Une idée, un espoir.

Bordeaux aime être courtisée.

apero02

Fabien Robert

Articles relatifs

1 Commentaires

  1. Capitaine Caverne
    11/10/2013 at 12:54

    On ne s’en lasse pas. Il faudra prévoir une somme de ces billets, il y a de quoi commencer un livre sur votre action, M. Robert.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
%d blogueurs aiment cette page :