L’âme (re)naissante des Bassins à flot

L’âme (re)naissante des Bassins à flot

L’âme (re)naissante des Bassins à flot

La semaine dernière, le vernissage de l’exposition « Nobody knows you’re a dog » de Romain Tardy a attiré la foule des grands jours à la Base sous-marine. Je suis toujours frappé par le contraste que génèrent ces masses humaines déambulant l’esprit rêveur dans les couloirs de béton d’un lieu de guerre, si peu dédié à la vie. A l’image de cette exposition qui questionne la place d’internet dans nos vies, Alain Juppé a souhaité que nous développions ce lieu singulier afin qu’il devienne progressivement dédié aux cultures numériques (vidéo, photographie, projections…).

La Base, chère au cœur des bordelais, longtemps éloignée du centre de Bordeaux, se trouve aujourd’hui au cœur d’un quartier populaire et historique qui reprend vie. Les constructions poussent aux Bassins à flot, de nouvelles familles arrivent, et nous avons voulu leur offrir une vie culturelle particulièrement riche : le Musée de la Mer et de la Marine porté par Norbert Fradin qui accueillera des expositions permanentes mais aussi temporaires ; un peu plus loin la Cité du vin qui ne désemplit pas et qui vient d’obtenir le label « Tourisme & handicap » ; les « Vivres de l’art », dont nous avons également inauguré la nouvelle galerie la semaine dernière. Ce monument historique, mis à disposition de l’artiste Jean François Buisson par la ville pour une durée de 30 ans, reprend vie grâce à une réhabilitation progressive. Ce lieu pluridisciplinaire, particulièrement vivant et original, héberge une quinzaine d’artistes.

L’iBoat quant à lui a la particularité de vivre de jour comme de nuit. Devenu une référence internationale en matière de musique électronique, il propose une programmation musicale éclectique et affûtée, tout en encourageant l’émergence, la production et la diffusion de projets artistiques divers et ambitieux.

Je pense aussi au Théâtre du Pont Tournant, au Cerisier… Bientôt, il y aura aussi un cinéma ainsi que toute une vie portuaire et maritime nouvelle qui fait la force et l’identité de ce nouveau quartier.

Bien sûr, je n’ignore rien des difficultés à faire cohabiter cette vie culturelle et festive avec le rythme des travailleurs et des enfants, pas toujours ravis des nuisances sonores générées par cet univers. La municipalité a pleinement investi cette question, dans le cadre de la démarche « Bordeaux la nuit » qui vise à définir ensemble des règles de vies commune entre ceux qui veulent dormir, ceux qui travaillent et ceux qui s’amusent la nuit. Rien ne sert de les opposer entre eux : nous sommes tous un jour (ou une nuit) dans ces différentes catégories.

Dès ce soir, avec mes collègues Alexandra Siarri et Jean-Louis David, nous irons une nouvelle fois au contact de cette ambiance, dans ce quartier et dans d’autres, afin d’observer les usages et d’agir en conséquence. Le 08 avril prochain, vous aussi vous pourrez aller à la découverte de ces lieux culturels et festifs en suivant un parcours riche et surprenant intitulé « Un jour, une nuit aux Bassins à flot ».

Ce quartier devient un pilier de la vie culturelle bordelaise et tant mieux. Rien ne sert de bâtir des nouveaux logements les uns à côté des autres sans qu’il y ait ces lieux de rencontre, de vie, qui font l’âme d’un quartier.

Fabien Robert

1 Commentaires

  1. CNE Fracasse
    20/04/2017 at 21:33

    Pourquoi pas la repeindre en jaune ? Ce serait un clin d’oeil d’adieu à nos cousins pas germains qui ont quitté l’Europe.
    Ou alors y prévoir un détour culturel aux bateaux de touristes ?
    Je plaisante.
    En tout cas, vous avez réussi la mutation du guerrier à l’artistique,. Quel beau détournement !

Leave a Reply

Fermer