Révoltant

Révoltant

On apprend aujourd’hui grâce à un article dans le journal Le Monde que Jean SARKOZY s’apprête à prendre la Présidence de l’Etablissement Public d’Aménagement du quartier de la Défense. Il s’agit de la plus importante structure de ce type en France. Il ne touchera pas d’indemnités supplémentaires mais se verra confier la gestion d’un budget d’1 milliard d’euros.



Voici donc une nouvelle fois notre démocratie piétinée, sous nos yeux, sans l’ombre d’une gêne de la part du pouvoir en place. Mieux, « la cour » vante les mérites du « Prince » en espérant au pire ne pas être victime de la colère du Roi, au mieux récupérer des miettes.

Je suis généralement modéré dans mes propos et je n’aime pas tomber dans la démagogie ambiante. Mais là, le vase déborde. Je suis profondément révolté par une telle annonce.

Qui peut nous faire croire que Jean SARKOZY, 25 ans, est choisi pour ces compétences et son expérience pour diriger cet établissement ?

Qui peut nous faire croire que cette nomination n’est pas encore le fruit d’un scandaleux copinage ?

Qui peut nous faire croire que cette nomination ne va pas renforcer l’excès de pouvoir permanent du Président de la République en mettant sous sa coupe un secteur stratégique d’aménagement du Grand Paris ?

Je croyais que les plus hauts postes dans l’administration française étaient occupés (en général…) par des hommes et des femmes issus de notre système méritocratique. C’est en tout cas ce que j’enseigne à mes élèves.

La démocratie irréprochable ce n’est pas une démocratie où les nominations se décident en fonction des connivences et des amitiés mais en fonction des compétences. Le fait du prince n’est pas compatible avec la République.

Faut-il que les français soient « anesthésiés » pour ne pas réagir fermement face à de telles pratiques ?

Fabien Robert

1 Commentaires

  1. COUNILLON Patrick
    19/10/2009 at 16:38

    Une défense pire que l’accusation.
    La défense des partisans du président consiste à dire que J. Sarkozy est un élu du peuple, et qu’à ce titre, son élection (déjà donnée comme jouée) est indiscutable et légitime (pt. de vue de Max Gallo ce Dimanche sur France Culture).
    Cette défense est pire que l’accusation qui impute cette nomination au “fait du prince”, puisqu’elle fait du système démocratique le complice de ce déni de justice. Accepter l’argument contribue à enraciner l’idée que les injustices sont inséparables d’un système politique dans son ensemble (“tous pourris”), enferme les démocrates dans le dilemme d’accepter le jeu des élections ou de renier la démocratie, et fait le jeu des partis anti-démocratiques d’extrême droite et d’extrême gauche. Pour qui fréquente un peu la jeunesse étudiante (ce qui est mon cas), les conséquences désastreuses d’une telle opinion sur la démocratie étaient déjà perceptibles au printemps dernier (antienne “leur démocratie et la nôtre”), et seront renforcées dans les mois qui viennent. Poitiers est une première forme de réponse à la nomination de J Sarkozy : je redoute que ce ne soit pas la dernière.
    Amitiés républicaines,
    P. Counillon

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
%d blogueurs aiment cette page :