Un Grand Stade Oui MAIS...

Un Grand Stade Oui MAIS…

grand stadeMon intervention à la CUB, vendredi 2 ocobre 2009 :

"Notre agglomération a aujourd’hui besoin d’un grand stade. Pour ma part, je soutiendrai ce projet mais pas à n’importe quel prix, pas sans que nous saisissions cette opportunité pour réaliser un véritable investissement environnemental.

Nous avons besoin d’un Grand Stade pour trois raisons :

- tout d’abord, le coût financier du stade actuel. Le stade Jacques CHABAN-DELMAS est un véritable tonneau des danaïdes ! Un panier percé dans lequel nous jetons chaque année plusieurs millions d’euros simplement pour l’entretenir; et il s’agit toujours d’un « vieux stade »… Je passe sur l’impossibilité de faire évoluer la structure du stade actuel tant son implantation est enclavée et son fonctionnement contraint.

- deuxième raison qui me pousse à soutenir ce projet : le sport dont il est question ici. Je ne suis pas un fan de foot et je ne vais pas au stade à chaque match. Malgré tout, en tant qu’élus, nous ne devons pas oublier ce que représente le football dans notre pays, pour nos jeunes et les milliers de supporters. Le football, c’est le sport populaire par excellence ! Bien évidemment, il y a une élite, comme dans tous les sports. Une élite qui a parfois un comportement financier choquant, mais une élite qui fait aussi rêver, surtout quand cette équipe s’appelle le FCGB et qu’elle est championne de France.

Je ne peux pas laisser dire que les Girondins de Bordeaux sont le fer de lance d’un « Foot-Bisness ».

Tout d’abord, parce que le budget n’a rien à voir avec des clubs comme Paris, Marseille ou Lyon au niveau français ; ce qui nous place de facto à des années lumières financièrement parlant de nos prestigieux homologues Européens (Real de Madrid, Manchester ou le Milan...)

Les Girondins de Bordeaux portent en étendard la culture du jeu et des valeurs positives de ce sport. Jamais les dirigeants bordelais n’ont eu la philosophie d’un sport où l’argent serait Roi. Pas plus que les supporters d’ailleurs. Pour rappel, les groupes de supporters de Bordeaux ont fait plusieurs grèves la saison passée et ont déployé quasiment à chaque match des banderoles contre les dérives du foot business, dans une indifférence médiatique et politique presque totale…

Le football est une activité commerciale c’est-à-dire une économie créatrice de richesse, d’emplois et d’animation.

- troisième et dernière raison : le levier économique que pourrait constituer cette structure. En période de récession, l’investissement généré par les pouvoirs publics doit être encouragé. Et nous aurons pour cela besoin de toutes les collectivités, y compris du Conseil Général.

Mais, comme je le disais dans l’introduction de mon intervention, un Grand Stade OUI mais pas à n’importe quel prix.

Le prix, justement, plus de 200 millions d’euros à ce jour. Il serait irresponsable, dans le contexte économique et écologique actuel, de ne pas profiter de ce projet pour réaliser un investissement environnemental. Je plaide ici pour la réalisation de ce projet car je crois que nous n’aurons pas 2 fois dans la décennie l’occasion d’investir à une telle hauteur.

Agir pour le Développement Durable, c’est combattre le « courtermisme » au profit d’une vision de long terme, innovante, qui non seulement limite l’emprunte environnementale de la structure et de sa construction, mais qui nous oblige à saisir toutes les opportunités pour faire de ce stade autre chose qu’un nouveau paquebot de béton.

Pourquoi par exemple de pas exiger que l’ensemble du Grand Stade soit recouvert de panneaux photovoltaïques ? Il pourrait ainsi être une véritable unité de production énergétique et donc une source de financement non négligeable pour sa construction, son utilisation et surtout, une source de financement préférable à l’adossement de nouvelles surfaces commerciales.

Pourquoi ne pas avoir un dispositif puissant de récupération des eaux de pluie ?

Ces idées sont loin d’être irréalistes. D’autres villes dans le monde se sont engagées dans cette voie, à l’image de Berne ouTaiwan.

J’ajoute enfin que concernant le lieu d’implantation, le quartier du Lac à Bordeaux est celui qui répond le mieux aux exigences environnementales, notamment par une future desserte du tramway.

Ma position sur le Grand Stade sera donc un « Oui MAIS » pour que notre agglomération dispose d’une infrastructure moderne et nécessaire, qui ne soit pas une « épave » échouée sur l’agenda 21 de notre agglomération, mais au contraire un investissement environnemental pour les générations futures. Bref un stade écolo !"

 

Fabien Robert

5 Commentaires

  1. Paul Cros
    05/10/2009 at 10:24

    Très bien !!!

  2. 05/11/2009 at 15:01

    Article de Sud Ouest : http://www.sudouest.com/gironde/actualite/bordeaux/article/759755/mil/5321429.html

    A imaginer que les proportions soient conservées et que le reste des supporters viennent en TC (qui, au Lac, se limitent au tram C pour un certain temps et il faut espérer, pour longtemps), à supposer que soient mises en place des rames longues en partance toutes les 4min. (j’ose à peine imaginer les problèmes pour la descente lorsque l’on est tout au fond, où la porte est condamnée à cause des quais courts…), cela fait 3h pour évacuer les supporters partant en transport en commun… A votre avis, la proportion restera-t-elle de 32% ou le stade au Lac fera-t-il, là aussi, disparaître cette spécificité ?

    Quant aux 75min., je crois que la situation au Lac n’arrangera rien. Une proportion d’utilisateur des TC certainement en baisse et pas au profit de la marche à pied ou du vélo, des accès déjà congestionnés et que l’on annonçait sur-congestionnés pour une salle de spectacle de seulement 15000 spectateurs… Avec tous les embouteillages que cela ne manquera pas de produire, il n’est pas sûr que le temps de trajet soit raccourci, bien au contraire !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
%d blogueurs aiment cette page :