Voyeurisme contre moralisation

Voyeurisme contre moralisation

Cette journée ne fera pas date dans l'histoire politique moderne. Tout du moins je l'espère. Vouloir faire croire au peuple français que ce déballage patrimonial va nous permettre de lutter réellement contre la corruption est un leurre.

Tous les élus (moi y compris) avons fait une déclaration de patrimoine en début de mandat. Sa publication ne changera rien. Je suis en revanche très favorable à son contrôle, dans la dignité et en évitant de caresser voyeurisme et populisme dans le sens du poil. Par les temps qui courent, je trouve ce procédé dangereux...

Il est vrai que rendre public le patrimoine des responsables politiques va détourner l'attention du pays, un temps, et occuper médias et commentateurs pendant quelques jours. A d'autres moments de notre histoire, je pense qu'une telle diversion aurait pu fonctionner et permettre l'enterrement, sans cérémonie, de la vraie question de fond. Mais pas cette fois-ci.

La France a besoin d'une moralisation de sa vie publique, c'est à dire un ensemble de dispositions visant à refonder la République, à mettre fin aux pratiques abusives et aux conflits d’intérêts, bref à rétablir l’exemplarité de la République et la confiance entre les citoyens et leurs élus.

Parmi ces mesures, citons : - fin du mélange des intérêts financiers et politiques - interdiction du cumul des mandats dès 2014 - réduction du nombre de parlementaires et de ministres - représentation de toutes les opinions dans les assemblées par l’introduction d’une dose de proportionnelle - renforcement du contrôle du financement des partis politiques - lutte contre les conflits d’intérêts par l’adoption des mesures proposées par le rapport Sauvé (contrôle des activités de lobbying, élargissement des incompatibilités pour les parlementaires…)

Je pense que les parlementaires ne voteront jamais une telle loi qui réduit leurs avantages et les oblige à choisir entre leurs mandats. Je soutiens donc l'initiative de François Bayrou, prise dès 2012 durant la campagne présidentielle, qui propose un référendum pour donner la parole au seul souverain capable de décider en pareille situation : le peuple.

Il n’y aura qu’une seule question : les Français se prononceront par un seul vote sur l’ensemble du texte clair et envoyé par courrier chez chaque électeur.

Emploi, logement, croissance... Certains penseront peut-être qu'il y a d'autres priorités en ce moment. Je veux leur dire que ce référendum, c’est un acte de refondation qui a un fort effet d’entraînement.

Rappelons-nous ce qui s’est passé en 1958. A l’époque, la France était ruinée, elle sollicitait le fonds monétaire international pour payer ses fonctionnaires, on se disait qu’elle n’arriverait jamais à appliquer le traité de Rome sur la création de l’Europe. Le renouveau des institutions souhaité par le général de Gaulle a apporté un nouveau souffle radical y compris dans le climat économique : tout le pays est reparti de l’avant, on a tourné le dos aux déficits et la France a entamé une nouvelle phase d’expansion.

Moins de ministères, moins de députés, moins de privilèges, moins d’abus dans le financement de la vie politique, cela commence également à faire des économies. Ce n’est évidemment pas suffisant mais c’est le début de toute action, parce que l’exemple vient d’en haut.

Si comme moi vous en appelez au Président de la République pour qu'il organise ce référendum, signez la pétition en ligne !

Fabien Robert

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
%d blogueurs aiment cette page :