Aider les jeunes en errance

Aider les jeunes en errance

Article de Sud Ouest - 19 mai 2009

POLÉMIQUE. La ville a décidé d'implanter une résidence d'accueil pour les jeunes SDF et leurs chiens, place du Général Sarrail, à deux pas de la Victoire. Les commerçants toussent.

Ils ont appris la nouvelle par la bande. Du coup, la réalité du projet a pris des allures de mauvaise rumeur. L'implantation d'un centre d'accueil, d'hébergement et de soins pour SDF avec leurs chiens, en lieu et place de l'ancien restaurant Le San Francisco, place du Général-Sarrail. Sur la rue Sainte-Catherine, à deux pas de la Victoire. Les associations de commerçants du quartier ont aussitôt mis la pression à la municipalité de Bordeaux. Courriers, pétitions ont suivi. Hier matin, une délégation rencontrait Fabien Robert, l'adjoint au maire du quartier, dans son bureau.

Pas de concertation. Saïd Ounnoughene, patron de la librairie Le Roi lire, rue Sainte-Catherine, a dégainé le premier. « Les riverains du quartier Sainte-Catherine-Victoire élèvent une légitime protestation suite au projet d'InCité, d'installation d'un centre d'accueil, place Sarrail, ils s'opposent à ce projet élaboré sans concertation et demandent au maire d'intervenir afin qu'une solution adaptée soit trouvée, sans sacrifier les intérêts des administrés. » De fait, le projet mené par l'organisme paramunicipal InCité n'a fait l'objet d'aucune information auprès du public. Ce que Saïd trouve choquant. « On reproche la politique du fait accompli, dit-il. Où est le credo de Juppé lors des dernières élections " favoriser la parole citoyenne " ? Nous réfutons l'implantation de ce projet, ici, pas le projet en tant que tel. Notre souci est d'éviter la stigmatisation, mais nous sommes sensibles à la souffrance des SDF. Ici le quartier est fréquenté par des lycéens, des écoliers, des étudiants... » « On va sacrifier le quartier » David Soulet, gérant de l'Alligator Café, sur la place ne décolère pas. « On a mis des années à améliorer ce quartier, à le reprendre en main. Ce projet va tout gangrener. L'entrée de Montaigne est à 10 mètres. On a déjà des soucis quotidiens avec les SDF et leurs chiens. » Idem pour Yacine Boucharma, coiffeur dans le quartier. « Depuis quatre ans, on maîtrise enfin le problème des SDF, bien que nous ayons perdu beaucoup de clients âgés qui ont peur d'être agressés. Désormais ça va être pire ! »

Fabien Robert ne veut pas lâcher le projet

Tension maximale du côté de la mairie de quartier, hier à midi. Fabien Robert, maire-adjoint, recevait les représentants des associations des quartiers Sainte-Catherine, Victoire et Victor-Hugo, tous vent debout contre l'ouverture d'un centre d'hébergement pour jeunes SDF avec leurs chiens. « Cela ne vient pas de sortir, note l'élu, il s'agit d'un vieux projet, qui date de 2005. Nous cherchions le site idéal. InCité l'a trouvé, mais ce n'est pas un projet Mairie-InCité, les financeurs sont l'État, le Conseil général, la CUB. Le Centre d'étude et d'information sur les drogues (Ceid) assure le contenu. Ce Ceid travaille dans la rue à Bordeaux depuis plusieurs années. En 2008, ils ont rencontré 344 jeunes SDF, ça marche. Les plus à l'écoute sont invités à participer à des arts de la rue, place Amédée-Larrieu, mais derrière il n'y a rien à proposer. Pas de lieu d'hébergement. »

550 m2 dédiés à l'accueil « Dans cet affolement des riverains et des commerçants, il y a beaucoup d'irrationnel. Il ne s'agit pas d'un centre pour les drogués, ni d'un lieu ouvert. Ceux qui seront hébergés là, seront accompagnés et sélectionnés. La présence des chiens inquiète le voisinage, mais on ne peut pas leur enlever... » Dans la cour de la résidence, un espace est donc prévu pour accueillir aussi les chiens des SDF. Fabien Robert, s'il admet que l'élaboration du projet aurait mérité plus de transparence et de communication auprès des riverains et des associations de quartier, ne lâche pas. « 550 m2 seront consacrés à l'hébergement et l'accueil. Il y aura à terme 25 chambres, un éducateur sera présent en permanence. L'ouverture devrait avoir lieu fin 2011 pour les 12 premiers résidents, les autres seront accueillis l'année suivante. Ce lieu ne devrait pas être médicalisé. Je comprends les réticences des commerçants, mais nous devons intervenir là où se trouve le public concerné. Les jeunes SDF se posent spontanément à cet endroit de la ville, alors il faut les aider là. Ou bien on laisse ces gens dans la rue, ou bien on traite là où ça fait mal. Ce type d'établissement sera toujours à côté de quelque chose. Le côté, " oui mais pas chez moi " ça ne passe pas en politique ! »

 

Fabien Robert

5 Commentaires

  1. lore
    05/07/2009 at 14:37

    Habitante de la place je souhaite juste saluer ce projet. J’ai bien sûr été sollicitée pour signer la pétition des commerçants, que j’ai refusée de signer quitte à me faire mal voir d’eux.
    Cette levée de boucliers m’exaspère au plus haut point d’abord parce qu’ils sont déjà là ces jeunes sur cette si jolie place et que, moi, personnellement c’est ça que je trouve scandaleux : les voir ainsi dormir par terre ou sur les bancs. Ensuite parce que si on doit trouver des désagréments à vivre ici c’est avant tout ceux causés par les jeunes qui hurlent sur la place à 2h du matin après la fermeture de l’Alligator. Mais bien sûr là ces messieurs ne trouvent pas cela gênant vu que ce sont des CONSOMMATEURS!!!
    Enfin c’est la mauvaise fois du discours qui salue l’initiative mais suggère de la réaliser ailleurs !!! Ailleurs? Comme si “ailleurs” aurait un meilleur accueil, comme si “ailleurs” était plus pertinent…
    Je veux ajouter que le porte à porte organisé par ces personnes avec leur petite pétition sous le bras est accompagné d’un discours anxiogène à souhait et qu’il ne manque pas de trouver un écho chez les habitants les plus propices à la peur . Pour moi, maman solo de deux petits enfants, on m’a servi du ” vous verrez quand vous ou PIRE vos enfants se feront agressés !!! “.
    Alors, je ne suis ni militante, ni politiquement engagée (encore moins à droite) mais je suis tout à fait solidaire avec ce projet et j’espère que vous saurez tenir tête à cette pression des plus mesquine et hypocrite au nom tout simplement d’un minimum d’humanité.

  2. Thérèse
    07/07/2009 at 09:08

    Je suis entièrement d’accord avec les propos de LORE : L’attitude des commerçants et riverains est révoltante ! Ils disent : ” vous verrez quand vous ou PIRE vos enfants se feront agressés !!! “. ” !!! Mais, pauvres inconscients, et si c’était vos propres gosses, qui se retrouvaient dans la rue ? mais si, ça peut leur arriver ! qui connait la fin de tout ? Pour citer la Bible : “Es-tu le Maître de l’aube” ? Et même si on est absolument sur que jamais ses propres gosses n’auront à subir cela, il n’y a donc pas la moindre étincelle de compassion et de justice dans le coeur des commerçants et riverains ? Il n’y a donc rien qui bat sous leur portefeuille ? Ils vous diront qu’ils travaillent pour s’en sortir … mais les autres, alors, ils n’ont pas le droit de s’en sortir ? Comme si c’était par plaisir qu’on avait faim et froid, qu’on ne pouvait pas se laver, et qu’on n’ait comme compagnie que des bons chiens qui, eux, au moins, donnent gratuitement de l’affection !

  3. Thérèse
    07/07/2009 at 09:09

    Re (coupure de liaison) : Fabien, on est avec vous, pour ce projet, et tout autre lui ressemblant !

  4. lore
    09/07/2009 at 08:54

    Tout à fait Thérèse

    C’est d’ailleurs en substance ce que j’ai répondu à la personne qui m’a présenté sa pétition: que si un jour un de mes garçons se retrouvait en situation précaire, je serai bien heureuse que ce genre de structure existe pour les aider.
    Moi-même étant en situation très précaire (RMI… oups… RSA) je sais que nous ne sommes pas à l’abri des aléas de la vie et de difficultés, souhaitons-le, passagères !!!

    La lutte contre les a priori, les peurs et l’individualisme ( oserai-je dire la bêtise?) demande aplomb, courage et ténacité.

    “Est-ce que je veux quitter le monde en ayant été bon et généreux? Ou est-ce que je veux quitter un monde bon et généreux?” Brecht

  5. lore
    09/07/2009 at 09:22

    Erratum :“Est-ce que je veux quitter le monde en ayant été bon et tolérant? Ou est-ce que je veux quitter un monde bon et tolérant?” Brecht

    ma mémoire me joue des tours!

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
%d blogueurs aiment cette page :