Challenge

Challenge

Challenge

DSC_00711889. C'est inscrit au frontispice dans la salle du Conseil Municipal de la ville de Bordeaux, derrière Monsieur le Maire. Sur les bureaux jonchés d'IPad et autres smartphones aux lueurs froides, les éclairages jaunes des lampes donnent une chaleur rassurante aux documents épars que certains ré-alignent nerveusement, pour ensuite régler leur micro, comme si une prise de parole était imminente. D'autres, plus sereins, chuchotent entre voisins.

Les votes commencent à se succéder. Le premier est celui des adjoints. Ensuite, la répartition des postes confirme la réflexion sans faille qui a précédé. Alain Juppé a choisi d'abord pour Bordeaux, ensuite sur ce qu'il sait de chacun des membres de son équipe. Instant solennel, qui concrétise ses choix et qui annonce la réalisation de sa vision.

Maire-adjoint de la ville de Bordeaux en charge de la Culture et du quartier Nansouty/Saint-Genès. Il m'a attribué ce poste peut être en raison de mes goûts avérés pour l'art et mes amitiés dans le milieu culturel bordelais. Pourtant, connaître, aimer et se mettre au service de la culture sont trois choses différentes même si leurs interactions sont évidentes.

Le challenge est fort : si Melbourne, Vienne et Vancouver sont les 3 villes en tête du classement mondial des villes où il fait bon vivre, cela repose essentiellement sur la qualité de leur vie culturelle. Malgré la crise, hisser Bordeaux au premier plan des métropoles européennes passe par cette mutation. Je prends donc cette responsabilité avec humilité et ambition pour Bordeaux. Enthousiaste sur les buts, réaliste sur les moyens.

J'accepte aujourd'hui les nombreuses félicitations et je prends déjà le parti d'accepter les critiques qui suivront inévitablement. Je sais me rendre imperméable aux deux. Fierté et humilité peuvent cohabiter, si l'on sert quelque chose de grand avec loyauté. Merci Monsieur Le Maire.

2 Commentaires

  1. DOUET Michel
    07/04/2014 at 19:58

    Je vois avec étonnement la disparition d’une allusion au MODEM sur cette page. Seule subsiste encore la couleur orange.
    Je tiens à vous dire que cela me convient très bien.
    Devant la capitulation sans gloire opérée lors du “rapprochement” avec l’UDI de l’ex-JL-Borloo et autres Lagarde ou Morin(!) et la compromission ostensible et assumée de son soutien à Marseille à JC-Gaudin, le courage et l’honneur dont avait fait preuve François Bayrou au soir du 2nd tour en appelant à voter pour Fr-Hollande, certes suicidaires, devenaient un vague souvenir d’un homme qui avait eu la vision d’un Etat dont la parole pouvait devenir acte mais qui, aujourd’hui, troquait un destin contre un mandat de maire béarnais.
    Le MODEM est mort et je suis heureux que vous en ayez quitté doucement le cadavre encore nerveux, à l’heure où le politicien préfère brandir brutalement les indignations vociférantes disparaissant subitement à l’irruption d’une autre atteinte sans doute fasciste aux droits des libertés individuelles.
    Je partage et pratique votre phrase sur la différence de fait entre les buts et les moyens, entre les objectifs et leur réalisation.
    Bonne chance Fabien Robert. Gardez cette fraîcheur…apparente, c’est-à-dire votre talent.

  2. Fabien
    07/04/2014 at 20:11

    Je suis bien au Modem et je soutiens François Bayrou à 200% !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
%d blogueurs aiment cette page :