Remise en cause du RASED : Une bêtise pleine de contradictions !

Remise en cause du RASED : Une bêtise pleine de contradictions !

Sans esprit de polémique quant à la politique menée actuellement par le Gouvernement, je pense que la remise en cause du RASED (Réseaux d'Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté) est une bêtise pleine de contradictions. Autrement dit, un non-sens...

***

PETIT RAPPEL : Les RASED sont apparus en 1990. Ils sont les héritiers de l'approche psychopédagogique des difficultés scolaires qui s'est développée en France après la seconde guerre mondiale.

Les RASED ont pour mission de fournir des aides spécialisées à des élèves en difficulté dans les classes ordinaires des écoles primaires, à la demande des enseignants de ces classes, dans ces classes ou hors de ces classes. Ils comprennent des enseignants spécialisés chargés des aides à dominante pédagogique, les "maîtres E" (difficultés d'apprentissage), des enseignants spécialisés chargés des aides à dominante rééducative, les "maîtres G" (difficultés d'adaptation à l'école), et des psychologues scolaires.

L'existence de ces structures indispensables à l'aide aux élèves en grande difficulté est actuellement remise en cause. Alors que les moyens des RASED ont toujours été insuffisants pour couvrir les besoins, 3000 postes vont être supprimés. Les RASED sont menacés de disparition complète dans les trois années à venir, avec retour en classes ordinaires de tous les maîtres E et G, ainsi que la fermeture des formations E et G dès la prochaine rentrée.

***

Ce jeudi 20 novembre, près de 60 % des enseignants de Bordeaux, et certainement autant d'agents municipaux affectés dans les écoles, devraient être en grève pour manifester leur mécontentement.

J'avoue ne pas être un syndicaliste de la première heure, mais sur ce coup-là je comprends aisément leur réaction. Je l'ai d'ailleurs signifié à plusieurs d'entre eux au sein des écoles dont j'ai la délégation.

En effet, le nouveau dispositif pédagogique de soutien scolaire, mis en œuvre à la rentrée, destiné à accentuer la lutte contre l'échec scolaire devait au départ s'ajouter au RASED.

Il semblerait (je dis « il semblerait », car des informations contradictoires circulent sur ce sujet) que ce nouveau dispositif vienne petit à petit se substituer au RASED.

Si l'on souhaite sincèrement lutter contre l'échec scolaire, je vois là plusieurs contradictions :

- tout d'abord, alors que le RASED s'intégrait dans l'emploi du temps scolaire normal, ce nouveau dispositif va venir, quant à lui s'ajouter aux journées déjà chargées des enfants ; enfants déjà en difficulté...

- Il s'agira par ailleurs d'une inscription volontaire et non à la demande de l'enseignant...

- ensuite, alors que le RASED était assuré par des maîtres spécialisés, le dispositif de soutien scolaire sera quant à lui assurer par des maîtres « classiques ». Quand on sait que de nombreuses difficultés chez ces enfants sont d'ordres psychologique et social, cela ne me semble pas judicieux.

- Enfin, alors que certains enfants rentreront chez eux, d'autres se verront stigmatisés par des heures d'enseignement supplémentaires ce qui ne me semble pas être un bon facteur d'intégration.

J'ai choisi ici quelques arguments, il en existe bien d'autres pour démontrer que la volonté réformatrice du Gouvernement n'est pas employée à bon escient ici.

Il est par ailleurs insupportable que l'on envisage de faire des économies (car je crois que cette démarche est aussi l'une des motivations de cette réforme...) sur le dos des enfants en difficultés.

Je souhaite par ailleurs marquer une profonde solidarité envers les agents municipaux qui doivent pour ce jeudi mettre en place le service minimum dans les écoles.

Si, sur le fond, je trouve cette mesure intéressante, je regrette en revanche que la collectivité soit livrée à elle-même pour la « mise en musique »...

Imaginez, avec un préavis de 48 heures, dans 98 écoles, la difficulté que nous pouvons rencontrer pour maintenir chacune d'entre elles ouverte. Sans compter la réaction compréhensible des agents des écoles qui ne souhaitent pas voir leur responsabilité engagée dans le cadre de l'accueil des enfants sur le temps scolaire.

 

 

Fabien Robert

Articles relatifs

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
%d blogueurs aiment cette page :